Archive pour juillet, 2011

« Le Dernier Magicien  » de Megan Lindholm alias Robin Hobb

6 juillet, 2011

lederniermagicien.jpg

 Résumé :

A Seattle, on l’appelle le Magicien. C’est un anonyme, un sans-abri, qui lutte contre ses démons du Vietnam. Sa magie, c’est celle des petits riens du quotidien. Il a le Don. Il réconforte d’une parole, réchauffe le coeur  de ceux qu’il rencontre. Mais son pouvoir est plus puissant qu’il ne le croit. Lui seul pourra, au péril de sa vie, sauver la ville d’un mal insidieux, d’une magie noire comme du goudron. Mais seulement s’il le décide…

Avis :

Sourireemoticone

Très bon livre ! L’ambiance est originale, on suit le héros dans sa vie de sans-abri, on est témoin de son Don étrange, qui soigne les animaux et les hommes autour de lui. Parviendra-t-il à vaincre les démons qui s’en prennent à lui ? Mais sont-ils vraiment réels ? Cette oeuvre est pleine de poésie et d’originalité. Il a reçu le prix Imaginales.

« La fille de l’Alchimiste » de Kay Meyer

4 juillet, 2011

fillecopie2.jpg

Résumé :

Fin du XIXe siècle. Aura Institoris a grandi dans le labyrinthe de couloirs obscurs du château de ses ancêtres, bâti sur un récif de la Baltique. Lorsque son père,l’alchimiste Nestor Nepomuk Institoris, est assassiné sur l’ordre de son plus vieux rival, la jeune fille se trouve entraînée malgré elle au coeur d’un conflit dont les racines remontent au Moyen-âge. Aux côtés de son frère adoptif, elle décide d’affronter le meurtrier de son père. S’initiant à son tour aux terribles secrets de l’alchimie, elle va braver les intrigues et les dangers et partir sur la piste du plus grand mystère de l’humanité: l’immortalité.

Mon avis:

emoticoneemoticoneemoticone

C’est un roman de fantasy qui a été best-seller en Allemagne ; il ne s’inscrit pas dans une grande saga et l’auteur n’est pas très célèbre en France, c’est pourquoi je l’ai placé dans la rubrique « livres isolés ». Néanmoins, ce livre est  vraiment génial. L’histoire commence avec Christopher, jeune adolescent adopté par Nestor Institoris, qui arrive au château de l’alchimiste et y rencontre sa nouvelle famille, dont Aura, sa soeur adoptive. Suite à l’assassinat de Nestor, Aura et Christophe vont se lancer dans une enquête effrayante, dangereuse, et qui les mènera aux quatre coins du monde. De Zurich aux Alpes, en passant par Vienne, les héros vont plonger dans des situations périlleuses, affronter des sectes et des meurtriers, risquer leur vie et découvrir, peut-être, le secret bien gardé de l’immortalité… Les personnages ont de la profondeur, et on ne peut s’arrêter de lire avant d’avoir terminé !!! Ne vous inquiétez pas des 600 pages, elles se tourneront très vite tellement l’histoire nous emporte et nous captive !!!

 

« C’est ainsi que meurent les secrets ».

 

« Le Dieu dans l’ombre » de Robin Hobb

3 juillet, 2011

 dieudanslombre.jpg

dieudanslombre1.jpg

Résumé :

Evelyne a 25 ans. Un séjour imprévu chez sa belle-famille avec son mari et son fils de cinq ans tourne au cauchemar absolu. Une créature surgie de son enfance l’entraîne alors dans un voyage hallucinant, sensuel et totalement imprévisible, vers les forêts primaires de l’Alaska. Compagnon fantasmatique ou incarnation de Pan, le grand faune lui-même… Qui est le Dieu dans l’ombre ?

 

Mon avis:

RireRireRire

Livre génial, magnifique, fascinant, qui fait rire, pleurer, frissonner… Un des meilleurs livres que j’ai jamais lus ! ! ! Robin Hobb décrit avec une justesse extrème et une facilité déconcertante toutes les émotions de ses personnages: la colère, la peine, la jalousie, la peur, l’envie… Evelyne oscille entre deux mondes: le monde présent, parmi sa belle-famille détestable qui la fait se sentir anormale et misérable, et le monde de la forêt, le monde du Dieu Pan, le monde de son enfance aussi, qui revient la hanter, la happer, la sauver peut-être… Ce roman diffère des cycles de l’Assassin royal et des Aventuriers de la mer, il se passe dans notre monde (au Canada) et à notre époque, mais des créatures fantastiques (satyres) apparaissent… Singulier et captivant.

« Elle pose le front sur la vitre froide et regarde dehors. Parce qu’elle entend quelqu’un jouer de la flûte au clair de lune. Et elle n’a pas peur de sortir en courant, dans sa chemise de nuit blanche, ses cheveux grisonnants tombant sur les épaules. Pour retrouver le pays des créatures sauvages. »